Christiane Pallez : « Laissez nous le temps de construire ! »

ACTUAMETZ.FR  |  27 mars 2010  |  Par Mélissa Duval  •  0 commentaire 

Le conseil municipal de Metz s’est ouvert hier avec plusieurs points importants à l’ordre du jour comme le choix du maître d’œuvre pour la salle des musiques actuelles ou encore le printemps des citoyens.

C’est en profitant du point n°1 qu’Anne Stémart, conseillère municipal UMP d’opposition, a prit la parole pour s’exprimer contre la fermeture des studios d’RTL9 à Metz. Elle argumente son propos en expliquant que c’est un rendez vous des lorrains pour les lorrains et propose que la Mairie finance plusieurs émissions locales afin de permettre au média de continuer d’exister à Metz. Dominique Gros souscrit aux propos de l’élue mais nuance en indiquant que c’est aux journalistes de faire des propositions de coopération car il en va du respect mutuel. Il poursuit en expliquant que ce n’est pas à la ville de faire fonctionner un média, il cite en exemple la qualité de Partenaire d’RTL9 lors de la Nuit Blanche. Tout en regrettant sa disparition, le Maire de Metz se dit assez confiant dans la capacité de l’équipe à rebondir et sous entend des projets à venir. Il conclu sur ce point déclarant que les sommes évoquées par Anne Stémart pourraient mal être perçues, comme une introduction dans la vie d’un média.

Concernant la salle des musiques actuelles, Emmanuel Lebeau et Patrick Thil, tous deux conseillers municipaux d’opposition mais pas au sein du même groupe, reparlent de la question de la localisation de la salle en préférant un autre quartier que celui de Metz Borny. Pour Patrick Thil, il n’est pas idéal pour un jeune originaire de Borny de se produire uniquement dans son quartier, il évoque ainsi une possible stigmatisation. Pour la majorité, la localisation dans ce quartier est tout autre, Isabelle Kaucic, adjointe à la politique de la ville, parle de désenclavement du territoire et d’une volonté de lier « art et société ». Pour Jean-Michel Toulouze, la future salle des musiques actuelles va permettre de casser l’image de Borny, d’ouvrir le quartier qui, selon l’élu, se sent abandonné ; la faible participation aux élections régionales en est l’exemple même. Antoine Fonte, adjoint à la culture qualifie cette salle de lieu servant à centraliser les groupes de musiques en les replaçant dans la vie centrale de la cité.

Concernant le Printemps des Citoyens, l’évènement est présenté par Patricia Sallusti, adjointe en charge de la démocratie participative, comme étant une journée d’échange, de partage et de réflexion avec au programme du matin des ateliers thématique et l’après midi une table ronde; le budget prévisionnel est estimé à 30  000€. L’opposition messine s’est emparé de ce sujet de manière différente, pour Marie-Jo Zimmermann, également député de la Moselle, cet évènement est une nécessité aux vues de l’abstention messine. Jérémy Aldrin, sur ce même constat d’abstention, parle de l’échec de la démocratie participative de Dominique Gros, en la qualifiant de semblant de démocratie, l’élu messin en profite pour exprimer sa position sur les comités de quartiers dont il juge la gestion rigide et sur la nouvelle version du Metz Magazine, mensuel municipal passé selon lui d’information à propagande.

Dans les rangs de la majorité les réactions fusent, Christiane Pallez, adjointe aux affaires sociales explique quant à elle que depuis 18 mois, on voit des réunions dans Metz, elle concède que certes, ce n’est pas parfait mais ajoute « laissez nous le temps de construire ! » et n’estime ne pas avoir de leçons à recevoir en matière de démocratie… Dominique Gros part lui d’un constat, toute la France s’est abstenue gravement, alors oui à Metz c’est pire mais moins grave qu’avant, il cite en exemple la participation très faible aux municipales de 2001. Selon le Maire, les raisons sont anciennes et multiples, mais la démocratie participative s’installe dans la vie messine, il se souvient, « quand je voulais m’exprimer je devais me cacher ! » Pour Patrick Thil, chef de file d’un des groupe d’opposition, il y a un mal entendu entre celui qui propose, la Mairie et celui qui dispose, le citoyen, il conclut « nous préférons la démocratie » en expliquant que les habitants devraient être consultés sur les grands projets et pas seulement sur ceux à importance moindre.

«Accueil
  
Adresse Trackback : http://actuametz.fr/christiane-pallez-laissez-nous-le-temps-de-construire-20101620.html/trackback
Le journaliste est un interprète de la curiosité publique • Bernard Pivot
Toute l’actualité de Metz-Métropole • 100% Blog Informatif • ACTUAMETZ.FR | Tél : 03 68 33 53 85 (répondeur) | Nous contacter | Mentions Légales | Plan du site