Nuit blanche : le jeu en valait-il la chandelle ?

ACTUAMETZ.FR  |  04 octobre 2008  |  Par Mélissa Duval  •  8 Commentaires 

Photo : Nuit blanche : le jeu en valait-il la chandelle ?
Des questions budgétaires au cœur de l'évènement

La première édition de la nuit blanche à Metz se voulait une occasion unique de mettre la culture au centre de la vie des messins, cependant l’effervescence observable vers 23 heures ne se poursuivit pas au-delà d’une heure du matin… Le budget de 350 000 € initialement prévu était-il justifié par rapport à la faiblesse de l’engouement ? Antoine Fonté, Adjoint à la Culture et Jérémy Aldrin, Conseiller municipal d’opposition ont répondu à toutes nos interrogations.

La nuit blanche messine, directement inspirée de l’édition parisienne est le résultat d’une démarche participative selon Antoine Fonté, « la réalisation et la mobilisation rapide des artistes » dépassa les espérances des nouveaux élus. Cette nuit était une occasion unique de rendre visible une centaine d’artistes locaux, de les sortir de l’anonymat, la réussite de cette nuit dépendait d’eux, tous ce qui a pu être mit en place « c’est grâce à eux ».

Au-delà des 350 000 € initialement annoncés, c’est 400 000 € qui seront finalement alloués, selon Antoine Fonté, pour « rendre à Metz son rayonnement ». Ce projet réuni majorité et opposition sur le fond, Jérémy Aldrin déclare à se propos « je me félicite de l’opération nuit blanche, tout ce qui est bon pour Metz doit être souligné ». Cependant ce coût suscite de nombreuses interrogations notamment au sein de l’opposition, en effet Jérémy Aldrin ne peut s’empêcher de faire une corrélation entre l’annonce de Dominique Gros du 2 octobre concernant l’augmentation des impôts, et la somme importante consacrée a une seule soirée, qui de plus n’a pas su trouver son public…

D’ailleurs interrogé sur l’augmentation des impôts, Antoine Fonté, nous explique la nécessité de cette décision, en effet les charges pesant sur les messins n’ayant pas été augmentés depuis plus d’une vingtaine d’année, celui-ci considère qu’elles ont entrainées une perte estimée de 1 Million d’euros par an. Cette perte d’argent est à l’origine, selon lui, du manque de dynamisme de la ville. Jérémy Aldrin est quant à lui inquiet devant les orientations budgétaires de la nouvelle équipe municipale : « La majorité socialiste est en train de vider les caisses par des dépenses de fonctionnement de plus en plus nombreuses et par une politique de saupoudrage alors que seule une politique d’investissement est à même de garantir et préparer l’avenir de notre ville ».

Mélissa Duval

«Accueil
  
Adresse Trackback : http://actuametz.fr/nuit-blanche-le-jeu-en-valait-il-la-chandelle-2008801.html/trackback
Vos Réactions

8 réponses à “Nuit blanche : le jeu en valait-il la chandelle ?”

  1. zero  •   06 octobre 2008 0:17

    Indéniablement, le projet était cher et il y a sans doute des choses à revoir de ce point de vue. Mais je vous trouve un peu dure quand au succès de l’évènement, que pour ma part j’ai trouvé assez étonnant. Beaucoup de monde, et surtout les gens avaient tous l’air ravis de cette occasion de sortir et de fêter. C’est rare de trouver une aussi belle convivialité partagée entre autant de monde le tout sans incident notable. Ne boudons pas notre plaisir…

  2. Gérard  •   06 octobre 2008 10:32

    L’événement a été un succès indéniable. Vous êtes le seul média a trouvé le contraire, peut-être n’étiez vous pas à Metz ce soir là ?

  3. Chris  •   06 octobre 2008 11:04

    @Gérard
    Relisez bien , il est question du coût , qui a dit qu’il fallait automatiquement dépenser pour se cultiver ? Paris ?
    Bis répétita sur V@M

  4. Damien | ACTUAMETZ  •   06 octobre 2008 12:15

    L’équipe d’ACTUAMETZ était bien présent lors de la soirée « Nuit Blanche 2008 » à partir de 19h. (avant, nous étions au boulot 😉 )

    L’effervescence a bien eu lieu en début de soirée mais j’ai personnellement observé une baisse vers 23h – minuit lorsque j’ai visité l’Esplanade, la Place d’Armes et Colline Sainte-Croix, la Place Saint-Louis et Pompidou.
    Le plus remarquable est qu’il y avait beaucoup plus de monde dans les rues que sur les lieux de concerts.
    Un point noir : les poubelles et le ramassage des ordures auraient pu se faire à une autre heure d’affluence !! Pour Noël, la Mairie arrive bien à décaler la date de ramassage !!
    Un autre point : les animations étaient inexistantes dans les rues, c’est dommage.

    L’article ci-dessus n’apporte aucun jugement sur le succès ou non de cet événement mais constate que, tout au long de la nuit, la participation a été assez faible par rapport au prévision initiale. Et de se poser la question : Le coût de cette soirée est-il justifié ? Naturellement, ce ne sont pas les journalistes d’ACTUAMETZ qui y répondent mais c’est l’interview d’Antoine Fonte, Adjoint chargé à la Culture et Jérémy Aldrin, Conseiller municipale d’opposition que Mélissa retransmet dans son article. Au moins, les lecteurs d’ACTUAMETZ auront un avis d’un homme politique de gauche et un homme politique de droite… phénomène assez rare dans certains journaux.

    Merci beaucoup,

    Damien2Metz

  5. zero  •   06 octobre 2008 13:47

    Si on qualifie d’ « interview » les 18 mots d’Antoine Fonté cités dans l’article ou les 34 de Jeremy Aldrin, on peut voir ça comme ça.

    Je ne veux pas me faire avocat de l’évènement -loin de là- mais honnêtement je m’attendais pour ma part à bien moins de monde dans les rues surtout étant données les conditions météorologiques. Peut être suis je d’une nature pessimiste. Il me paraît tout à fait naturel de constater une baisse d’affluence à partir de minuit, étant donnée la nature très mélangée du public dont une bonne partie se couche habituellement tôt. Mais vers 2h ou 3h du matin, il était très étonnant de voir encore beaucoup de monde sur certains sites (Arsenal notamment).

    Mais si le sujet de l’article est l’aspect financier, oui, bien entendu, le coût d’une opération d’envergure est toujours discutable, j’espère que l’on aura accès au budgets réels de ce type d’évènements en général et de celui là en particulier. Je compte sur votre site d’information pour dénicher cela :)
    Peut être faudrait il le remettre en perspective avec le coût d’autres actions ou d’autres subventions, également.

  6. Damien | ACTUAMETZ  •   06 octobre 2008 14:23

    Les 18 mots d’Antoine Fonté et les 34 de Jérémy Aldrin représentent, même si ça n’a pas l’air, beaucoup de travail. 😀
    Que ce soient des journalistes amateurs ou professionnels ( que je croise souvent lors d’invitations de conférence de presse), beaucoup de choses sont dites mais n’est retranscrit que le meilleur !!! Parfois, je souris lorsque je lis des articles dans le journal local… 45 min. de discours résumé en quelques lignes 😉
    Merci beaucoup,

    Bonne journée,
    Damien

  7. Melissa M  •   09 octobre 2008 12:27

    Je trouve que l’article est pure vérité, la nuit blanche à certes fait déplacer quelques personnes, mais guère plus que lors d’un vendredi soir normal!
    De plus je trouve honteux que vous puissiez prétendre que l’auteur de cet article fut abscent à cet évennement! Quant à compter le nombre de mots cités, je trouve que ça en devient ridicule, en toute objectivité nous devrions juger la qualité de l’article sans partit pris, pour ma part je trouve que l’article ne stipule que l’évènement fut un échec, mais il semble que certaines personnes ont du mal à voir la réalité en face!
    Félicitation tout de même à l’auteur de l’article pour sa franchise!

  8. Jérôme  •   14 octobre 2008 23:04

    L’article est particulièrement dur! Il s’agit de sortir la ville de Metz de sa légendaire léthargie! Certes le maire sortant pouvait s’appuyer sur une bonne expérience et sur un budget équilibré cependant Metz a considérablement perdu en activité économique. Pour mémoire, le nombre de commerces présent dans le centre ville a diminué de près de 7% sur les 5 dernières années, or ladite activité du centre ville est vitale pour le dynamisme de Metz et de son agglomération.

    Le projet Nuit Blanche (que l’on retrouve ailleurs qu’à Paris, ne l’oublions pas!) a, pour sa première édition, permis de mobiliser les messins (et non messins) autour du centre ville. C’est un pari audacieux et le simple fait d’avoir produit une réelle effervescence par un soir (froid et humide pour rappel) de fin septembre relève de l’exploit dans une ville qui était dépourvue d’activité culturelle depuis des lustres, pour ne pas dire des siècles.

    Certes, il y a eu un surcoût mais il ne s’agit que de 50 000€ (soit moins de 0.50€ par habitant de Metz), nous sommes bien loin des surcoûts occasionnés par la construction du quartier de la Gare/Pompidou.

    Si Metz veut retrouver une place digne d’elle, il était temps pour elle de bouger quitte à déstabiliser les plus conservateurs d’être nous.

Le journaliste est un interprète de la curiosité publique • Bernard Pivot
Toute l’actualité de Metz-Métropole • 100% Blog Informatif • ACTUAMETZ.FR | Tél : 03 68 33 53 85 (répondeur) | Nous contacter | Mentions Légales | Plan du site